La conscience des risques dans les cordes, dans le BDSM

Rien n’est sûr dans BDSM – en fait, rien n’est sûr dans la vie. Les accidents se produisent tous les jours avec ou sans activités BDSM. Mais, il faut essayer de prévoir et de minimiser les risques. Un dommage psychologique peut ruiner un plaisir, peut-être pour toujours.

Ne jamais faire quoi que ce soit qui causerait sciemment un préjudice durable, mental ou physique.

Il faut différencier le BDSM du BDSM pathologique. Pratiquer le BDSM ne veut pas dire être psychopathe !

Le consentement est un élément important du BDSM et est l’une des choses qui le sépare clairement de l’abus.

Les frontières du consentement ne sont pas toujours bien définies ni bien définissables. Le consentement, comme beaucoup de chose dans la vie, est également sujet aux circonstances, au contexte, au temps, au lieu et aux individus. Il y a un consentement implicite et un consentement exprimé, ainsi qu’une différence entre le consentement moral et le consentement légal.

Il y aura toujours des cas bizarres, des circonstances spécifiques et cinquante nuances de zones grises, mais dans 99,9% des cas, nous savons tous ce qu’est le consentement, nous savons tous quand il est donné et nous savons tous quand il est retiré.

SSC : Safe Sane Consensual (sûr, sain d’esprit et consensue)

Dans la communauté BDSM, la sécurité, la santé et la consensualité (SSC) représentent un ensemble de principes communs guidant certaines relations et activités.

  • sûr : des tentatives doivent être faites pour identifier et prévenir les risques ;
  • sain d’esprit : les activités doivent être entreprises dans un état d’esprit raisonnable et sain ;
  • consensuel : toutes les activités doivent impliquer le plein consentement de toutes les parties concernées, mais notez que le consentement légal ne peut pas constituer une défense de responsabilité criminelle pour les blessures causées et que, à ces fins, les blessures non physiques sont incluses dans la définition de préjudice en droit.

Le CSS peut être critiqué car les principes fondamentaux sont considérés comme hautement subjectifs et ouverts à l’interprétation libre : quand est-ce que la sécurité est garantie (sûr) ? En outre, on peut soutenir que rien n’est intrinsèquement “sûr”, étant donné que même descendre une marche présente un risque inhérent d’accident, ce qui montre la nécessité d’évaluer les risques afin d’obtenir des niveaux de consentement éclairés. En outre, les arguments sur la sécurité sont sujets à beaucoup de controverses possibles car on sait objectivement que ce n’est pas sécuritaire lorsque l’accident survient ! Tant qu’il n’y a pas d’accident, on peut toujours dire que c’était sécuritaire.

RACK : Risk Aware Consensual Kink (kink consensuel conscient du risque)

Le RACK peut également se décrire comme un état d’esprit qui accorde plus d’attention aux conséquences peut-être inattendues d’une pratique BDSM. Sa théorie tourne autour du raisonnement, et des conséquences possibles dues à un jeu plus risqué.

Le RACK met davantage l’accent sur l’engagement individuel envers un risque possible.

TPE : Total Power Exchange (échange d’énergie total)

Cet échange se produit entre deux personnes et signifie qu’une personne se fait complètement, et totalement “un” avec l’autre. Cela se produit la plupart du temps dans une relation M/s. L’esclave se livre complètement au plaisir de son maître. Donner ce pouvoir et ce contrôle signifie que le Maître peut faire n’importe quoi à n’importe quel moment et que l’esclave ne peut pas l’arrêter.

Le TPE exprime bien cette maxime : la liberté enchaîne et les chaînes libèrent. Le Maître aide à débloquer les pensées négatives et contribue à réduire les niveaux de stress. Pour obtenir ce refuge, l’esclave doit lui donner le contrôle complet, total. Cela nécessite beaucoup de confiance. Le Maître ne va pas abuser du pouvoir que l’esclave lui a donné.

Il n’y a pas de limites dans le TPE. Il n’y a pas de mots ou de règles sécuritaires à suivre. Le Maître a tout le contrôle et l’esclave est juste cela, une esclave. Son seul but est de servir le Maître. La vie de l’esclave est entre les mains du Maître et le Maître peut faire ce qu’il veut avec ce pouvoir. Tout est à la disposition du Maître.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de communication, mais il a le dernier mot en tout. Pourtant, il permet à l’esclave d’exprimer son opinion. Il veut connaître son avis sur certaines choses avant de les faire. C’est une manière de permettre à l’esclave de garder son identité, qu’elle se sente comme une personne à part entière mais sans avoir le contrôle de soi, car il peut changer d’avis quand il le veut. L’esclave lui fait confiance; lui laisse prendre les décisions.

L’essentiel pour l’esclave est de servir le Maître, de prendre soin de Lui, de laisser le Maître prendre soin de l’essentiel pour son esclave.

L’esprit, l’oreille, le regard sont centrés, sont toujours dirigés vers le Maître.

CNC : Consensual Non-Consensuality (non-consentement consensuel)

Certains pratiquants ne font pas que ’’jouer’’ au BDSM mais vivent et respirent le BDSM dans la vie de tous les jours. Le BDSM est un art de vivre, une philosophie pour eux. Souvent, le non-consentement consensuel est établi au moment où le collier est verrouillé. Il n’est pas nécessaire de poursuivre la négociation entre le Maître et l’esclave, simplement parce que le Maître et l’esclave ont déjà établi une connexion, ils ont lié le corps à l’esprit. Ils savent ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, où sont les limites, quand les choses tournent mal, c’est à dire qu’ils maîtrisent ce qu’ils font, ce qu’ils sont, l’environnement et l’esclave.

La base du CNC (non-consentement consensuel) est : “Je consens à ce que Vous fassiez ce que Vous voulez de moi sans négociations futures” . Il n’y a que le premier consentement. Oui, je consens à tout ce qui va se passer, sans avoir besoin de négocier plus avant ce qui va se passer. De toute évidence, une forte confiance est impliquée.

Le CNC (non-consentement consensuel) génère du mystère, de la spontanéité et de l’excitation de l’inconnu. Avec de l’expérience, on s’aperçoit que le SSC (sûr, sain d’esprit et consensuel) enlève certaines pratiques, enlève une composante psychologique tant recherchées par certains soumis, ou esclaves, en échange d’une pratique relativement sûre.

NSPA : Ne Soyez Pas un Ane (muet, aveugle et sourd, sans cerveau)

(création personnel de cet acronyme)

Si le “consentement” dans le SSC (sûr, sain, consensuel), dans le RACK (kink consensuel conscient du risque) et dans le CNC (non-consentement consensuel) semblent devenir trop réductibles dans vos pratiques, alors je pense que le NSPA peut vous convenir. C’est tout ce dont vous avez vraiment besoin de vous souvenir. Ne pas faire de chose stupide !

Evaluez-moi !
Envoi
User Review
0 (0 votes)
Partager cet article

0 commentaire sur « La conscience des risques dans les cordes, dans le BDSM »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
07f7cdcc40
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
find_posts
9990d913b8
disclaimer
1246
1
Accepter
Refuser
http://google.fr
1

ATTENTION : Site interdit au moins de 18 ans !!!

Cliquez sur “Accepter” si vous êtes majeur, sinon cliquez sur “Refuser” …

Partager cet article

Accepter Refuser