Les 4Cs (CCCC) : Caring (Bienveillance), Communication, Consent (Consentement), et Caution (Prudence)

La communauté BDSM (sadomasochisme consensuel) a couramment utilisé SSC : Safe, Sane, Consensual, ou plus récemment RACK : Kink Consensual Consensual Kink comme cadres de base pour aider à structurer la négociation de la participation BDSM. Bien que ces approches aient été utiles, en particulier pour éduquer les nouveaux pratiquants en ce qui concerne les paramètres de jeu ou de vie, les deux approches semblent avoir des limites pratiques et conceptuelles importantes. Il existe un cadre alternatif pour la négociation dans le BDSM, les 4Cs : Caring (Bienveillance), Communication, Consent (Consentement), et Caution (Prudence).

Depuis le texte de Richard von Krafft-Ebing (1886/1978), Psychopathia Sexualis, Le BDSM a été communément supposé être motivé par une psychopathologie sous-jacente. Bien que des biais et des interprétations erronées subsistent chez les certains (voir Hoff & Sprott, 2009; Kolmes, Stock et Moser, 2007; Wright, 2009), les chercheurs ont toujours montré que le BDSM ne peut être expliqué par la psychopathologie (Connelly, 2006; Matheson, 2006, Powls et Davies, 2012, Richters, de Visser, Rissel, Grulich et Smith, 2008, Weinberg, 2006). Certains chercheurs ont reconnu que non seulement le BDSM n’est pas associé à la psychopathologie, mais qu’elle peut être associée à des états psychologiques souhaitables souvent associés à une expérience de loisir saine (Newmahr, 2010, Taylor, 2006, 2009; Wismeijer & van Assen, 2013).

À la lumière de ce changement et en combinaison avec le développement de la recherche communautaire en tant que stratégie méthodologique dans les sciences sociales en général, un développement récent, en collaboration entre les chercheurs et les communautés de personnes ayant des identités sexuelles alternatives, y compris dans le BDSM. Le Consortium communautaire-universitaire pour la recherche sur les sexualités alternatives (CARAS) a été créé en 2005 et combine les connaissances des chercheurs et des membres de la communauté pour produire des connaissances de qualité pouvant bénéficier directement à la communauté (Sprott & Bienvenu II, 2007).

Dans cet article, je vais résumer les devises populaires de la communauté BDSM de SSC : Safe (Sécurisé), Sane (Sain), Consensual (Consenti) et RACK : Risk (Risque) Aware (Conscient) Kink (Kink) Consensual (Consenti)  avant de proposer une approche améliorée, appelée les 4Cs : Caring (Bienveillance), Communication, Consent (Consentement), et Caution (Prudence). Étant donné que chaque cadre inclut explicitement le concept précis de Consentement, quelques-unes des questions épineuses entourant la notion de Consentement dans le modèle des 4Cs sera expliquées un peu plus tard dans l’article, plutôt que dans notre résumé du SSC et RACK.

Contexte social pour le développement du SSC et du RACK

Le BDSM acceptable, bien sûr, repose sur une négociation minutieuse entre les participants. Ortmann et Sprott (2013) ont rappelé que le concept et la pratique du Consentement entre les participants sont ce qui différencie le BDSM de l’abus, et ils ont ajouté que « similaire aux termes acquiescement et permission, le Consentement est le processus par lequel l’approbation ou l’acceptation de ce qui est planifié (souvent par un autre) est acceptable ou agréable » . Ils ont également discuté du développement du SSC : Safe (Sécurisé), Sane (Sain), Consensual (Consenti) comme une réaction aux croyances communes que le BDSM est associé à la pathologie autour du sadisme et du masochisme. En outre, Tuscott (cité dans Downing, 2007) a suggéré que l’accusation la plus fréquente dans le BDSM venant de l’extérieur est que ces pratiquants sont violents. Il est important de noter que les explications de la violence sont aussi principalement enracinées dans les discours sociaux populaires de la psychopathologie. Ainsi, il n’est pas surprenant que le point de départ de la négociation des possibilités du BDSM soit centré sur des discussions sur la stabilité psychologique, le Consentement et la sécurité, d’où la naissance du SSC. Les concepts du SSC sont restés longtemps au centre des discussions sur la négociation du BDSM (Henkin et Holiday, 1996, Miller et Devon, 1995, Taorimino, 2012, Wiseman, 1996). Selon Henkin et Holiday (1996), les « commandements » d’un BDSM sain sont véridiques tout en jouant de façon sécuritaire, saine, consensuelle et non-exploitative.

Malgré la popularité du SSC , certains pratiquants du BDSM ont fini par se rendre compte que le SSC pouvait exclure des formes de jeu plus agressives qui impliquent un risque physique et / ou psychologique plus élevé, ce qui peut être un facteur de motivation. Le risque, bien sûr, est relatif et peut varier énormément d’un individu à l’autre. De même, les pratiquants n’ont pas les mêmes capacités et préférences physiques et psychologiques. Selon Downing (2007), une telle réalisation a déplacé le passage du SSC à RACK, inventé par Gary Switch. En effet, il convient de noter que non seulement le terme « safe » a été remplacé par « risk aware », mais que le terme « sain d’esprit«  (ou un terme similaire) a été omis. Dans les communautés BDSM, le terme « sain«  semble supposer une certaine norme de santé psychologique. Cependant, « sane«  (versus fou) est techniquement une désignation médico-légale, plutôt qu’un terme psychologique, qui est appliqué dans l’évaluation de la causalité d’un trouble mental grave à la perpétration d’un crime (voir Roesch, Viljoen, & Hui, 2003), donc son application au BDSM est de faible utilité pratique.

Présentation du cadre 4Cs

Tandis que le SSC et le RACK se concentrent sur deux concepts essentiels et partagés (Consentement et sensibilisation à la sécurité et au risque), l’approche des 4Cs conserve ces concepts généraux et ajoute les dimensions interdépendantes de la prise en charge et de la communication. Bien sûr, tout cadre de négociation BDSM, qui peut ensuite être représenté comme une devise, devrait être bref et facile à retenir pour les nouveaux participants. Comme le SSC et le RACK, les 4Cs de Caring (Bienveillance), Communication, Consent (Consentement), et Caution (Prudence) sont brefs et très faciles à mémoriser. Regardons maintenant d’une manière plus généraliste le cadre des 4Cs, avant d’examiner chaque composante en détail. Parce que le Consentement est mis en exergue et communément discuté dans le SSC et le RACK, Il ne sera pas abordé dans la vue d’ensemble, mais dans une discussion plus approfondie en tant que dimension essentielle des 4Cs, et sera exposée plus loin.

Bien qu’il semble y avoir différents niveaux et intensités de bienveillance qui varient entre les personnes à travers leurs diverses relations sociales, on peut généralement reconnaître une préoccupation fondamentale et inhérente des individus simplement pour être des êtres humains. En effet, les communautés (alternatives) se forment souvent en raison d’une sollicitude de base, d’une identification personnelle et d’un lieu pour soutenir ses membres.

L’inclusion de la bienveillance dans une devise de négociation BDSM reflète une position éthique tout en reconnaissant les individus comme des êtres humains uniques. La forme de bienveillance (c’est-à-dire le niveau de confiance et l’intimité des relations entre les participants à une scène) façonne également les expériences qualitatives du BDSM. La communication, bien que souvent discutée à juste titre par les pratiquants du BDSM avec le Consentement, est aussi fortement liée à la bienveillance et à la prudence. Bien que présentés séparément, ces concepts du BDSM sont étroitement liés. Mettre l’accent sur la communication permet aux pratiquants de mieux comprendre les identités, les besoins et les motivations uniques des individus, et ainsi de mieux vivre les expériences, En bref, la communication en tant que propre entité permet aux participants de mieux comprendre les réalités subjectives de ceux avec qui ils jouent ou vivent.

Le recadrage de la prudence, et de la conscience du risque à la prudence, semble être quelque peu subtil. Cette possibilité est importante car elle peut inclure davantage les personnes qui embrassent un éventail plus large de discours sociaux concernant la manière dont elles utilisent différentes formes de connaissance. Actuellement, de nombreux pratiquants semblent s’en remettre, sciemment ou non, à des discours médicaux assez stricts concernant les discussions sur les risques et la sécurité. En ce sens, le RACK semble préférable au SSC, mais le SSC est devenue plus restrictif et peut-être codifié que ce qui était initialement prévu (voir Downing, 2007). Ortmann et Sprott (2013) disent que certaines activités BDSM spécifiques ne sont pas forcément perçues comme sûres. Pourtant, les gens peuvent être conscients des risques et s’engager consensuellement dans de telles activités. Cependant, le mot risque reste quelque peu ancré dans de puissants discours restrictifs de la médecine et de la santé publique, alors que la prudence semble être plus large, toujours pertinente, mais peut-être moins enracinée dans de tels discours. Il ne faut en aucun cas que les pratiquants rejettent de manière simpliste les connaissances médicales importantes. Une telle connaissance devrait être appréciée et soigneusement considérée côte à côte avec une variété d’autres discours et perspectives.

Le mot prudence est une reconnaissance de la politique de longue date concernant les corps et la sexualité (Foucault, 1977, 1978), et permet un large éventail de significations et de motivations pour s’engager dans diverses formes possibles de BDSM. En même temps, les personnes qui adoptent une perspective épistémologique positiviste peuvent certainement interpréter la « prudence » des discours médicaux et scientifiques. Il ne s’agit pas  simplement de changer les mots, mais de créer plus d’espace discursif pour permettre des perspectives épistémologiques différentes. Compte tenu de cette vue d’ensemble, il est maintenant possible de discuter plus en détail de chaque composante des 4Cs et de l’importance sous-jacente de chacune d’elles dans un cadre de négociation BDSM.

Un regarde plus précis sur chaque dimension

Parce que le consentement est essentiel dans le SSC, le RACK et les 4Cs, je commencerais par lui, ensuite j’explorerais  la communication,  la bienveillance et la prudence.

Consentement

La notion de consentement a presque toujours été une considération centrale au cœur des pratiquants (par exemple, Miller et Devon, 1995, Taorimino, 2012, Wiseman, 1996) et des discussions plus académiques sur BDSM (par exemple, Baldwin 2003, Langdridge & Barker, 2007, Weiss, 2011). Qu’il soit utilisé comme une sorte de défense du BDSM ou qu’il soit simplement ancré dans la tête (ou de préférence d’autres parties du corps), le consentement a souvent été considéré comme un élément clé qui distingue le BDSM de la violence et d’autres types d’abus. 2011, Ortmann et Sprott, 2013). Pourtant, en dépit de ce rôle central du consentement – un rôle qui est clairement énoncé dans les acronymes du SSC et du RACK –  la notion de consentement souffre d’une ambiguïté considérable et mérite une clarté bien nécessaire, surtout en ces temps.

Le problème, tel que nous le voyons, est que lorsque beaucoup de gens parlent de consentement, ils le font d’une façon si flagrante et si facile qu’il obscurcit qu’il crée des complications implicites de cette notion. C’est particulièrement le cas dans le monde vanille où, par exemple, une grande partie du plaidoyer en faveur de la prévention de la violence sexuelle proclame régulièrement des slogans simplistes tels que « non, non » et « oui, oui » . dans leur conversation, il semble qu’il y ait un recul presque immédiat contre quiconque ose remettre en question la nature supposément évidente de la distinction entre oui et non.

Une des complications est qu’il serait utile que les gens disent exactement ce qu’ils veulent – s’ils étaient directs, clairs et évidents tout le temps et de toutes les façons – ce n’est pas la nature de la réalité. Alors qu’une communication fréquente et directe est souhaitée, il y a toujours plus de non-dit. C’est particulièrement le cas du BDSM, où une grande partie de l’érotisme et de l’attrait du BDSM repose sur le fait de jouer de manière flagrante avec le consentement et, souvent, de le masquer délibérément. Que ce soit les spécifications explicites du CNC – Consensual Non-Consent (non-consentement consensuel), ou que ce soit l’utilisation même du type de servitude le plus minimal, ou que ce soit simplement le TOP qui dit ce qu’il faut faire – dans tous ces scénarios, le BDSM est clairement piégé par le non-consentement. Les pratiquants expérimentés le savent.

Pourtant, cela étant dit, la plupart des pratiquants ont peu d’intérêt à ce que leur consentement soit violé. Mais cela soulève bien entendu toutes sortes de questions concernant ce qu’est exactement le consentement et comment savoir si mon consentement a été violé ? Par exemple, le consentement est-il un accord verbal ? Est-ce une posture du corps ? Un regard sachant ? Un contrat écrit ? En réponse à ces types d’ambiguïtés, l’un des moyens d’aller au-delà de ces questions est de prendre du recul par rapport à la mécanique du consentement et d’envisager plutôt une approche plus large. Il est possible d’envisager, pour les pratiquants – nouveaux et expérimentés – de conceptualiser le consentement selon trois niveaux distincts :

  1. Le premier d’entre eux est ce que l’on pourrait appeler le consentement de surface. À de nombreux égards, le consentement de surface reflète le genre de consentement illustré par les expressions « non » et « oui » . Lorsque l’on participe à une soirée BDSM, quelqu’un vous demande si vous aimeriez participer à quelque chose, vous pouvez répondre selon ce genre de consentement de surface : « oui, je suis intéressé » ou « non, je ne le suis pas » .
  2. Un deuxième niveau de consentement et probablement le niveau le plus souvent associé au BDSM pourrait être appelé consentement de scène. Ici, le consentement implique que le Top et le bottom discutent et négocient ce qui va se passer dans la scène, et surtout comment le bottom pourrait communiquer au Top qu’il ou elle est (au milieu de la scène) puisse retirer son consentement, généralement par l’utilisation d’une sorte de safeword ou de geste. Cependant, quelque chose à noter ici, c’est que même si ces techniques de consentement peuvent être relativement simples et claires, le fait d’utiliser un safeword ou un geste indique que dans la réalité le BDSM fonctionne en grande partie sur la base de « lignes floues. »
  3. Un troisième niveau de consentement encore plus ambigu, ce qui pourrait être appeler un consentement profond. Quelque chose qui va au-delà de la capacité que peut avoir un bottom à utiliser un safeword ou un geste. Par exemple, quand un bottom pleure et sanglote, il est dans une détresse évidente et peut-être dans un certain subspace – mais il ne peut pas utiliser un safeword ou un geste – on peut se demander dans quelle mesure la scène affecte la pensée du bottom et affecte sa capacité mentale s’exprimer. En outre, même si le bottom est encore capable de penser, il peut ne pas savoir réellement s’il consent. Le subpsace est aussi appelé conscience altérée. Dans de tels cas, il semble que la question du consentement doit presque être considérée après le fait.

Ainsi, tout en reconnaissant que des analyses philosophiques plus sophistiquées du consentement pourraient certainement être fournies, l’essentiel à retenir est que les pratiquants reconnaissent et prennent conscience du fait que le consentement est une entreprise désordonnée. Ceci, bien sûr, n’est pas du tout de minimiser la signification ou l’importance du consentement, ou de faire la lumière sur les coûts émotionnels et psychiques potentiels de la violation de son consentement. En effet, comme dans toutes les relations, les gens se blessent de temps en temps. Il faut jouer prudemment, et certains, malheureusement, aiment se balancer au-dessus de la falaise. Certains vont jusqu’à souhaiter secrètement que le consentement soit violé en milieu de scène dans l’espoir que son analyse rétrospective le conduise à conclure à un niveau plus profond et plus significatif, que c’était vraiment consenti. Les ambiguïtés du consentement ! Au lieu de nier ces ambiguïtés, il vaut mieux que les pratiquants parlent, négocient et réévaluent constamment et en permanence le consentement.

Communication 

Les pratiquants réalisent l’importance évidente d’une bonne communication dans la négociation des limites personnelles dans les scènes. Scott (1997) a expliqué comment les gens ont différents types de limites, et ces limites peuvent changer en fonction de variables comme le temps, la situation actuelle et l’humeur, l’exposition aux activités, avec qui ils jouent, etc. La communication est importante avant, pendant et après une scène. Une telle communication est inextricablement liée aux notions de bienveillance, de consentement et de prudence, et mérite donc d’être incluse dans un cadre de négociation de base.

De nombreux chercheurs ont constaté qu’une bonne communication est l’un des facteurs les plus importants pour avoir une relation BDSM postive (Cutler, 2003, Williams, 2012). Cutler (2003) a interrogé 33 personnes qui participaient activement aux pratiques de loisirs BDSM et 19 des 33 personnes identifient la communication comme la compétence la plus importante pour avoir une « bonne » relation BDSM. Cutler a dit que ses participants ont affirmé que la nécessité d’une bonne communication est plus importante dans les pratiques BDSM (par rapport aux pratiques « vanille » ) afin d’éviter un préjudice physique ou émotionnel involontaire. Ces personnes ont apprécié la clarté et la transparence dans tous les échanges BDSM. Un principe important dans la pratique du BDSM est de créer mutuellement un échange d’énergie (TPE).

Parce qu’il n’y a pas de théorie unificatrice dans la compréhension du BDSM et que les individus peuvent varier énormément dans leurs physiologies générales, leur constitution psychologique, leurs expériences passées, leur spiritualité, leurs préférences érotiques et leurs motivations, une communication approfondie contribue à une meilleure compréhension des pratiquants, de leurs réalités subjectives et de la façon d’exprimer le « care » et le soutien. La communication facilite une connaissance personnelle plus riche de la bienveillance et de l’intimité, ce qui permet aux participants d’explorer, s’ils le souhaitent, des formes de scènes plus complexes qui peuvent compliquer le consentement. La communication est alors un pont essentiel entre la bienveillance et la prudence, ce qui peut potentiellement conduire au consentement profond  décrit ci-dessus.

Bienveillance

La sexualité est un phénomène complexe, holistique et multicouche qui imprègne tous les aspects de l’existence d’une personne. L’engagement d’une éthique de la bienveillance (attitudes et comportements attentionnés) est bénéfique pour comprendre et apprécier les pratiques du BDSM. L’utilisation d’une éthique de la bienveillance lorsque nous avons l’intention d’explorer, d’engager une scène BDSM crée la sécurité, la confiance et le respect pour nos partenaires (Orme, 2002, Parton, 2003). Cette pratique transmet également un niveau de compétence qui affirme les expressions individuelles et / ou les mœurs culturelles des personnes avec lesquelles une personne interagit (Vikan, Camino, & Biaggio, 2005).

Les philosophes féministes ont développé la philosophie et la pratique d’une éthique de la bienveillance en réponse à une vision patriarcale / positiviste de la moralité et de la justice (Beecher et Stowe, 1971, Buhle & Buhle, 1978, Gilligan, 1982, Wollstonecraft, 1988). La pensée occidentale a historiquement postulé que la justice et la moralité devaient être fondées sur des vérités empiriques observables qui s’appliquent à tous les hommes, lieux et choses (Buhle & Buhle, 1978, Gilligan, 1982, Wollstonecraft, 1988). Un individu moralement évolué est autonome, indépendant et capable de faire un jugement moral dépourvu de persuasion émotionnelle (Kohlberg, 1971). Une éthique de la bienveillance affirme que la moralité est une manière subjective et relationnelle de prendre des décisions (Gilligan, 1982). Les décisions fondées sur une éthique de la bienveillance explorent les ramifications interpersonnelles et communautaires d’une décision,

Les érudits féministes (Jaggar, 1992, Tong, 2013, Vikan, Camino et Biaggio, 2005) affirment qu’une éthique de la bienveillance est fondée sur les systèmes de croyances de nombreuses personnes, de tous les sexes, à travers le monde. Voir le monde sous l’angle d’une éthique de la bienveillance apporte des voix et des points de vue divers dans les processus de prise de décision. « Une approche dialogique des problèmes moraux impliquerait de discuter et d’observer à partir d’une attitude de sollicitude – cela inclut la bienveillance, la responsabilité, la réceptivité et l’engagement de voir les problèmes sous différents angles » (Orme, 2002, p.810). Transmettre de l’empathie, du consentement et de la réceptivité lorsque nous négocions, planifions ou pratiquons notre BDSM sont quelques-unes des attitudes liées à une éthique de la bienveillance.

En accord avec une éthique de la bienveillance, les philosophes et les sociologues ont développé le concept d’intersubjectivité (Benjamin, 2013, Gillespie & Cornish, 2010). Les chercheurs ont créé plusieurs définitions du terme :

  1. une définition convenue créée par des individus dans une situation donnée ;
  2. une définition créée par la communauté qui est renforcée par des attitudes et des comportements que la communauté peut utiliser pour comprendre un phénomène donné ;
  3. un sentiment ou une pensée partagée par une personne qui influence les expériences des autres, par exemple, un sentiment partagé de la bienveillance et d’affection influence ce sentiment pour les autres (Benjamin, 1995, 2013, Gillespie et Cornish, 2010).

Une perspective intersubjective embrasse la croyance que tous les individus ont des expériences vécues uniques et, par conséquent, des compréhensions uniques sur des phénomènes donnés, par exemple, l’activité BDSM. « De façon générale, nous prenons l’intersubjectivité pour faire référence à la variété des relations possibles entre les perspectives des gens » (Gillespie et Cornish, 2010, p.19). L’intersubjectivité affirme que les compréhensions individuelles sont fluides, relationnelles et en constante évolution selon le contexte dans lequel un phénomène est vécu. Ce point de vue contraste avec la définition positiviste (objective) du phénomène social, qui affirme que la connaissance scientifique ne peut être dérivée que d’expériences rigoureuses qui peuvent être vérifiées et reproduites (Ponterotto, 2005). Par contre, l’intersubjectivité stipule que chaque individu incarne des expériences, des capacités et des identités uniques, il est donc impossible de distiller toutes les compréhensions possibles en une vérité objective. L’intersubjectivité nous oblige à réfléchir sur nos croyances individuelles en matière de sexualité, à communiquer nos croyances et à embrasser les compréhensions uniques de chaque personne.

Adopter nos multiples compréhensions va de pair avec l’utilisation d’une éthique de la bienveillance dans les pratiques sexuelles (Allegranti, 2013, Benjamin, 2013). Si tous les individus ont des désirs et des préoccupations uniques, il faut veiller à honorer les divers souhaits et besoins des autres avec la même importance que nous donnons les nôtres. Trouver l’intersection entre nos désirs sexuels et les désirs sexuels d’autrui peut créer des tensions parce que nous ne sommes pas sûrs de savoir comment juger, prioriser et connecter les désirs d’une autre personne avec les nôtres. L’utilisation d’une éthique de la bienveillance nous permet d’honorer l’autre comme ayant une vie sexuelle équivalente.

Les pratiquants, les éducateurs et les chercheurs qui souhaitent adopter l’intersubjectivité et une éthique de la bienveillance dans la façon dont ils dirigent la sexualité dans leur vie professionnelle peuvent le faire à travers plusieurs pratiques (Brown, 2011). Il est bon de faire des exercices de conscience de soi concernant notre sexualité et nos préférences BDSM. Réaliser que la sexualité et le BDSM sont des constructions sociales sur lesquelles des valeurs et des attitudes culturelles ont été placées, qui peuvent considérer certains comportements comme acceptables et d’autres comme déviants. Permettre aux personnes avec lesquelles nous interagissons de décrire leur propre définition du « bon » BDSM, et rester conscient qu’il est acceptable d’avoir plusieurs définitions de « bonnes » expériences BDSM. Si quelqu’un nous révèle qu’il ou elle a des pratiques BDSM plus ou moins conventionnelles, permettre à cette personne d’expliquer ses valeurs et ses attitudes sur les raisons pour lesquelles ces pratiques sont personnellement agréables. S’assurer d’écouter avec une attitude bienveillante, d’essayer de comprendre comment ces pratiques s’inscrivent dans la plus grande réalité subjective de la personne, transmettent la réceptivité et permettent à plusieurs ensembles de valeurs et de croyances de coexister.

Prudence

La prudence est étroitement liée à la bienveillance, à la communication et au consentement. Par exemple, la volonté de s’engager dans des activités « Edge Play » reflète souvent la compréhension, la bienveillance et le respect des identités et des réalités intersubjectives de ceux qui peuvent également participer. Une communication approfondie est une partie essentielle de ce processus, sans parler de la compréhension de ce qui se passera exactement dans une scène particulière.

Le terme prudence implique un besoin d’être conscient du risque, de la possibilité du danger et d’une exhortation à procéder prudemment ; cependant, il ne semble pas aussi attaché à la normalisation des discours médicaux et psychiatriques au même degré que la sécurité ou le risque. Pour certains, cela peut être trivial, mais pour d’autres, il peut offrir un meilleur ajustement dans leur lexique préféré. Reconnaissant le pouvoir régulateur historique sur les corps par les institutions religieuses, de médecine et de psychiatrie, comme expliqué par Foucault (1977, 1978) et les théoriciens postmodernes et poststructuraux ultérieurs, certains participants peuvent profiter de certaines formes de BDSM comme résistance ou absence de tels discours. Peut-être que d’autres participants, pour leurs propres raisons, peuvent suivre divers autres récits macro ou micro.

Il est important qu’un cadre de négociation BDSM permette une variation personnelle et un changement potentiel qui fait partie intégrante des réalités intersubjectives dynamiques des gens. Baber et Murray (2001) discutent de l’importance de reconnaître les scénarios sexuels personnels qui se développent à partir d’expériences uniques, de connaissances et d’éducation et d’exposition à des événements. Ces scripts semblent être fluides et changeants, et les scripts sexuels personnels qui incluent le BDSM comme un thème important ont sans aucun doute un impact sur les désirs pour des activités BDSM spécifiques de différents niveaux de risque. Ces scripts personnels semblent également aider à motiver les participants à développer les compétences nécessaires pour gérer les risques dans la mesure où ils sont à l’aise. Les niveaux de risque et de sécurité pour des activités BDSM spécifiques ; avec les motivations, les interprétations et les significations subjectives des participants ; varient énormément non seulement entre les pratiquantsQu’il soit sûr, conscient du risque ou prudent, il faut être être conscients de la nécessité d’accommoder une flexibilité et une variation considérables dans la scène.

Conclusion

Le SSC et le RACK restent des cadres de base pour la négociation BDSM. Bien que le CSS ait été, et soit encore, une approche utile pour ceux qui souhaitent participer aux scènes BDSM, le RACK a été formé en réponse à la reconnaissance de quelques aspects problématiques du CSS. On peut comprendre la préférence du RACK sur le SSC pour de nombreux membres de la communauté BDSM.

Malgré l’utilité du SSC et du RACK, il y  certains avantages dans un nouveau cadre de négociation BDSM,  appelé les 4Cs. Chaque dimension (Bienveillance, Communication, Consentement et Prudence) mérite une identification et une emphase distinctes, mais ces constructions sont nécessairement interdépendantes. Le cadre des 4Cs est facile à retenir et va au-delà du SSC et du RACK en reconnaissant les diverses façons de savoir, d’exprimer et de communiquer. Il fournit une structure de négociation importante, mais semble également permettre, et peut-être promouvoir dans une certaine mesure, la flexibilité pour les pratiquants.

Enfin, un avantage supplémentaire à ce nouveau cadre est que les 4Cs contredisent directement, en incluant les dimensions de la bienveillance et de la communication (en plus du consentement), les perceptions erronées persistantes selon lesquelles la pratiques BDSM sont intrinsèquement abusives, violentes ou enracinées en psychopathologie, qui ont directement contribué au développement d’un cadre de négociation commun (SSC). Les 4Cs, dans leur ensemble, mettent en exergue que la pratique du BDSM est, ou du moins devrait être, tout à fait le contraire. Malgré les progrès réalisés ces dernières années en matière de réduction de la marginalisation des pratiques BDSM, une amélioration beaucoup plus importante est nécessaire.

Partager cet article

1 commentaire sur « Les 4Cs (CCCC) : Caring (Bienveillance), Communication, Consent (Consentement), et Caution (Prudence) »

  • Article très instructives, mais à force de se poser trop de questions on ne fait plus rien.
    Les premières fois où je suis venue aux nuits obscures, il ne m’aurait rien fait tester je ne serais jamais revenu aux soirées bdsm. Il m’a fait quelque part aimé cela, j’ai eu confiance en lui, même si je connaissais pas tous les termes, mais lui il a géré cela à merveille.
    Alors, je pense qu’étant soumise débutante il ne faut pas trop se poser de questions, sinon on ne fait rien.
    Je dis cela par rapport au consentement de surface, car moi j’ai déjà dit « non », pour ensuite dire « oui », comme quoi défois on ne sait pas trop ce qu’on veux. Edelweisss38

Laisser un commentaire

6377ff4cbc
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
718fd7ea26
1246
0
Accepter
Refuser
https://www.google.fr/
1

ATTENTION : Site interdit au moins de 18 ans !!!

Cliquez sur « Accepter » si vous êtes majeur, sinon cliquez sur « Refuser » …

Partager cet article

Accepter Refuser