Leathermen et Old Guard (Vielle Garde) ou les origines du BDSM

La tribu gay en cuir trouve ses origines dans la Première Guerre mondiale. Lorsque leur survie dépendait d’autres hommes, ils ont naturellement noué des liens étroits et certains ont même eu des relations sexuelles significatives avec les hommes avec lesquels ils combattaient, mangeaient. La loyauté, la confiance et la responsabilité sont les vertus que les soldats ont vécues jusqu’à leur mort. Ces mêmes vertus ont également infusé la vie sexuelle d’anciens combattants qui s’étaient découverts homosexuels en temps de guerre et certains sont rentrés chez eux pour commencer à forger une communauté ”leathermen”.

Comme dans toutes les guerres, beaucoup d’hommes qui sont revenus du champ de bataille ne pouvaient pas facilement se réadapter à la vie civile. Certains hommes ont été marqués par leurs expériences de la guerre, beaucoup d’autres ne pourvaient pas s’adapter à la superficialité de la culture américaine des années 1950. Après avoir expérimenté une authenticité d’interactions humaines où les hommes étaient jugés en fonction de leur caractère et de leurs actes, ils ne pouvaient plus fonctionner facilement dans un monde où ils étaient censés s’intégrer et se conformer aux rôles et aux idéaux définis par d’autres. Ces hommes, bien sûr, étaient habitués à suivre les ordres, même dans une bataille où leurs chances de survie seraient minimes. Mais ils croyaient prendre des risques pour préserver les idéaux et les vérités sacrées et ils prenaient ses risques pour quelqu’un qu’ils respectaient, honoraient et en qui ils avaient confiance, simplement parce qu’il leur avait ordonné de le faire. 

S’il était difficile pour un soldat ordinaire de se réajuster la vie civile, il était encore plus difficile pour les hommes choisis de découvrir qu’ils aimaient les autres hommes et qu’ils exprimaient cet amour sexuellement. Leurs expériences sexuelles avec les hommes militaires semblaient totalement étrangères à la culture gay qui les entourait, apparemment composée d’une subculture culturelle artistique et libérale. Certains des hommes qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale sont revenus et ont dérivé en groupes de motards qui incluaient souvent des hommes gais et hétéros, mais c’étaient des hommes qui n’avaient pas trouvé de niche dans la société. Finalement, ces hommes qui étaient attirés sexuellement par d’autres hommes formaient principalement des clans de motards homosexuels de ”leather” qui se soutenaient les uns les autres, qui étaient en marge de la société. Ce fut là que là que leur légende commença , sans aucun doute que leur histoire a été embellie et romantisée. Quelques hommes qui faisaient partie de cette histoire, cependant, ont partagé leurs expériences dans ce monde clandestin. 

Thom Magister est l’un des écrivains les plus prolifiques sur ce monde de la “Old Guard” (Vieille Garde) comme on les appelle maintenant. La “vieille garde” ne se réfère pas seulement à cette période précoce de la formation de la communauté du leathermen (dans les années 50), mais elle fait aussi référence à un ensemble de valeurs où la “ligne de commandement” a été clairement établi et où les hommes ont suivi des protocoles fondés sur la confiance, l’honneur et l’obéissance. Ceux qui commandaient et ceux qui se soumettaient à ces ordres suivaient ces protocoles autoritaires. Mark Thompson en a fait l’anthologie et sa légende dans Leather-Folk : Radical Sex, People, Politics, and Practice, l’un des livres-sources les plus importants pour l’histoire des leathermen (et des femmes). 

Magister n’avait que dix-neuf ans au début des années 1950, lorsqu’il est parti à l’Ouest et a rencontré un homme qui conduisait une moto. Magister écrit : “Un après-midi, j’ai été attrapé par un ex-Marine qui s’était joint à beaucoup d’autres personnes qui sont devenues le coeur de ce que nous avons appelé plus tard les motards hors-la-loi. Ces hommes, qu’ils soient homosexuels ou hétérosexuels, avaient été bloqués par la guerre et estimaient qu’ils ne pouvaient plus jamais rentrer chez eux”. Cet homme qui allait devenir son ami, son amant et son esclave était tout simplement l’un des nombreux hommes qui étaient retournés dans un monde dans lequel ils n’étaient pas les bienvenues. Capturé, torturé, mutilé, il trouva une nouvelle identité avec ses camarades motards qui jouaient au dur. Charley avait été capturé par les Japonais et avait totalement résisté à deux ans de torture dans un camp de prisonniers. Mais il ne pouvait être cassé. Comme le décrit Magister, “Il est revenu avec les testicules amputés. Il a été jeté et laissé pour mort. Mais Charley a survécu.”

Pour une raison quelconque, Charley a choisi cet homme de vingt ans comme son Master. Magister raconte : ”Charley a doucement et délibérément incliné sa tête et la reposée sur ma poitrine. J’ai immédiatement senti durcir ma queue. À ce moment-là, mon corps comprenait ce que mon esprit ne comprenait pas encore”. Charley était intelligent et honnête quant à son désir de se soumettre à un homme qu’il n’avait pas encore compris, il croyait être né pour diriger, il trouva un homme qu’il pouvait respecter et en qui faire confiance. Mais Magister a dû gagner sa confiance pendant plusieurs mois, même après que Charley l’ait provisoirement choisi comme son Maître. Plus important encore, Magister a dû gagner le respect des autres dominants dans la subculture des leatherman en montrant son caractère et ses habiletés à dominer un autre homme. Le choix d’un Maître par un soumis était et reste la décision la plus importante qu’il ne prendra jamais. Dans le monde du leahter, c’est la décision la plus importante qu’un homme puisse prendre. Charley devait se soumettre, et pour une raison ou une autre, cet homme d’une vingtaine d’années a choisi un homme qui n’en avait pas encore atteint ses vingt ans. Bien que les autres motards aient trouvé son choix particulier, personne ne pouvait contester le droit de Charley de choisir son Maître. Magister écrit : “I learned the true meaning of surrender when a proud man inclines his head to the chest of the man he has chosen to Master him. All slaves choose their Masters. I learned the great lesson: to respect every man who came under my hand and to love him as well.” (J’ai appris la véritable signification de la reddition lorsqu’un homme fier penche sa tête vers la poitrine de l’homme qu’il a choisi pour le maîtriser. Tous les esclaves choisissent leur Maître. J’ai appris une bonne leçon : respecter tous ceux qui sont venus sous ma main et l’aimer aussi.)

Après l’avoir provisoirement choisi, Charley a présenté Magister à d’autres Maîtres qui l’ont formé à diverses compétences : des experts en servitude et en fouet. Magister s’est formé pendant plus de six mois, passant en moyenne quatre heures par jour en formation. Il a non seulement appris les compétences techniques, mais aussi le code d’éthique de ces premiers hommes de cuir. Son Maître favori était Jason, spécialisé dans la servitude complexe. Un jour, lorsque Jason et Thom liaient Charley dans un réseau complexe de cordes, qui étirait ses bras et ses jambes, Jason leur a dit qu’il n’avait jamais oublié : “If another man places his life in your hands then you are responsible for that man’s life. And if he offers you his life and his mind and his heart—then you are responsible for everything. Everything !” (si un autre homme met sa vie entre tes mains, alors tu es responsable de la vie de cet homme. Et s’il t’offre sa vie, son esprit et son coeur, alors tu es responsable de tout. Tout !)

Bien des années plus tard, après que Thom et Charley se soient séparés, Charley a appelé Thom. “His voice sounded weak and he said that he needed me to corne at once. There was no question in my mind that I would go. I had no idea what was happening or why I was needed so desperately but my sense of responsibility was deeply rooted.” (sa voix semblait faible et il a dit qu’il avait besoin de moi. Il n’y avait aucun doute dans mon esprit que j’irais. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait ou pourquoi il avait si désespérément besoin de moi, mais mon sens de la responsabilité était profondément enraciné.) Charley avait un cancer des poumons et en était maintenant au stade terminal. “J’ai besoin que tu me conduises à la gare,” a-t-il dit à Thom quand il est arrivé là-bas. “J’ai le billet mais j’ai peur d’y aller seule. Puis-je compter sur toi ?” Thom et Charley ont passé trois jours à se souvenir. Finalement, Charley était prêt. Les derniers mots de Charley furent : “Merci, monsieur.”

Étant donné le texte confus des années 50 où la religion était définie en termes de “croyance”, il n’y avait aucun moyen pour les leathermen des années 1950 de considérer leurs expériences humaines comme “religieuses” ou même “spirituelles”, pas de malheur à la transformation qu’ils ont trouvée.

Cependant, les premiers hommes de la “vieille garde”, vivaient selon un code d’éthique qui transposait les valeurs militaires de loyauté, de responsabilité, d’honneur et de confiance en une éthique personnelle qui leur permettait de forger de profondes relations humaines. Il est aussi clair que ces hommes ont trouvé les activités sadomasochistes et les rituels individuellement transformateurs. Le récit de Magister est encadré par sa propre “initiation” à la culture du leather, une initiation qui a changé sa vie pour toujours. Après avoir passé la nuit avec Charley et ses amis motards, Charlie a séduit Magister et a changé son monde. Le lendemain, il a senti que quelque chose changeait en lui. Même s’il sentait que ce changement se passait en lui, il a essayé de la “jouer cool” quand Charley lui a demandé s’il avait des questions. Magister a répondu, “ce n’était pas la première fois que je couche avec une queen.” Charley l’a regardé et lui a dit qu’il était “plein de merde” et lui a dit de “haul that ass of yours right out of here and get the fuck out of my sight” (sortir ce cul d’ici et sortir de ma vue, de foutre le camp).

Magister ne savait pas qu’il pouvait gérer ce qui lui arrivait. ”knew one thing for absolute sure: I wanted, more than anything in the world, not to leave” (Mais il savait une chose : je voulais, plus que tout au monde, ne pas partir.” En essayant de ne pas montrer sa peur, il a dit “Non” et s’est assis là. Après le petit-déjeuner, tout s’est mis en place quand il est allé vers Charley et l’a serré dans ses bras pendant que Charley lui posait la tête sur la poitrine. Il écrit : “My body understood what my mind did not yet comprehend. But, in time, I would learn the meaning of that gesture” (Mon corps a compris ce que mon esprit n’avait pas encore compris. Mais, avec le temps, j’apprendrais le sens de ce geste). Magister a vécu une expérience profonde qui a personnellement transformé sa vie qui non seulement le changeait, mais clarifiait son monde. Il ressentait un lien profond non seulement avec Charley, mais aussi avec les autres membres du monde du leather qu’il rejoignait. Il sentit une intégration de son corps, de son esprit. Et le monde dans lequel il entrait était clairement doté d’un code d’éthique et de rituels qui définissaient les étapes de l’initiation où les hommes “”earned their leathers” (gagnaient leurs leather). Les étapes de l’initiation ont non seulement permis de clarifier la position des gens dans la culture du leather, mais ont aussi aidé ces hommes à intégrer leur corps, leur esprit dans une communauté solidaire. La communauté du leather n’était pas un club pour la “vieille garde”, mais un mode de vie.

Dans le récit de Magister, nous pouvons voir comment les valeurs militaires de loyauté, de responsabilité et de confiance ont été transposées dans une culture homosexuelle masculine de maîtres et d’esclaves, de dominants et de missionnaires. Les rituels et les parties de play sadomasochistes ont transformé personnellement ces hommes et créé une communauté d’hommes farouchement loyaux les uns aux autres. Leur code d’éthique militaire” les a liés ensemble dans une fraternité de personnes amoureuses et très attentionnées. Comme l’a fait remarquer Magister, parmi ces leathermen souterrains, il y avait un sentiment de liberté, parce que parmi les exclus il y a peu de distinction ou de discrimination. De l’extérieur, il semblerait que la séparation stricte entre les dominants et les missionnaires créerait un monde d’inégalités, mais les hommes qui vivaient dans ce monde respectaient les autres pour être fidèles à leur propre nature et à leurs propres désirs. La culture était farouchement masculine. Les hommes qui étaient des Tops n’étaient pas plus respectés que les hommes qui étaient des bottoms. Ce n’est pas parce qu’un homme aimait se faire baiser qu’il était moins un homme. Ces activités étaient profondément importantes pour le bien-être des hommes et leur code d’éthique. Magister écrit que toutes ses leçons ont suivi deux principes fondamentaux : premièrement, dans S/M, on est la recherche de l’excellence en nous et en l’autre, et deuxièmement, “sois responsable.

Ceux qui ont commencé à écrire sur les rituels du BDSM des groupes de leathermen semblaient venir de la côte ouest, particulièrement de la Californie, où les gens étaient plus à l’aise avec l’idée que la spiritualité résidait dans le monde, plutôt qu’à l’extérieur.

À partir des années 1970, la communauté du leather gay a également commencé à émerger de l’ombre et à devenir plus accessible aux étrangers. Les bars en leather des grandes villes des Etats-Unis sont devenus le centre de la scène gay du leathermen. Les gens qui n’habitaient pas dans les grandes villes pouvaient commencer à accéder à la communauté du leather par des publicités personnelles dans le Drummer Magazine, qui a commencé en 1975, en publiant principalement des histoires fictives sur les leahtermen et leurs rituels BDSM, ainsi que des photos de leathermen. Quatre ans plus tard, Larry Townsend, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale et une partie underground des leathermen dans les années 1950, ont commencé à écrire sa chronique, intitulée “The Leather Notebook“, dans Drummer. C’était une chronique qui répondait aux questions de ceux qui cherchaient des conseils pour entrer et vivre dans la culture du leathermen. Ces écrits ont été rassemblées et organisées par Townsend dans un livre intitulé Ask Larry : Colonnes Collectées “Bloc-notes en cuir”. Même avant la publication de Drummer, Townsend avait rédigé un guide à l’intention des aspirants-théoriciens en 1972, intitulé ”The Leather-man’s Handbook’‘ (révisé par la suite et largement réécrit en 1983).

Alors que le monde underground du leathermen sortait de l’ombre, certaines des positions les plus rigides de la “vieille garde” ont commencé à être remises en question. Bien que les valeurs du leathermen d’origine sont encore honorées de nos jours par les players , de nouveaux modèles de relations de formation apparaissent également jour après jour, ce que je nomme les gamers. Dans la vieille garde il y avait beaucoup plus d’expériences et de protocoles pour régir les activités. Dans la vieille garde les pratiques entre les dominants et les soumis étaient plus souvent négociés que fixés par un code de conduite reconnu et malheureusement mécompris pour ne pas dire incompris par les gamers. Ce qui peut-être reste le plus difficile pour cette ” vieille garde “, pour qui un Homme naît pas maître ou soumis, c’est une position qui se mérite, qui se gagne, qui se travaille, c’est dans la pratique qu’un Homme fait son expérience dans la posture de dominant et soumis, c’est dans la D/s et non dans le SM qu’on devient un player. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une position universellement reconnue, il est très fréquent de rencontrer aujourd’hui des personnes qui affirment que les meilleurs dominants sont ceux qui ont commencé comme bottom, et se sont progressivement développés en Tops, ceux pour qui les jeux d’impacts et le EdgePlay priment sur l’apprentissage et le développement de leur D/s, etc. Ces nouveaux expérimentateurs sont devenus la ”New Guard” (Nouvelle Garde). Pour certains, ils pensent faire de la ”Old Guard” dans leur pratique, alors qu’ils ne font absolument pas de D/s, ils sont dans un jeu de rôle (game), ils sont bien dans cette “New Guard” (Nouvelle Garde), ceux que j’appelle les gamers.

Les Players sont dans la ”Old Guard” (Vieille Garde), les gamers eux s’inscrivent dans la ”New Guard” (Nouvelle Garde).

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
07f7cdcc40
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
find_posts
9990d913b8
disclaimer
1246
1
Accepter
Refuser
http://google.fr
1

ATTENTION : Site interdit au moins de 18 ans !!!

Cliquez sur “Accepter” si vous êtes majeur, sinon cliquez sur “Refuser” …

Partager cet article

Accepter Refuser