Quelle est votre identité dans le monde BDSM ou des cordes ?

Quelle image et description porte votre carte d’identité BDSM ou de cordes ?

Dans un monde où trop de voix trop nombreuses parlent en même temps, un monde ou le syncrétisme et l’intervention parodique deviennent la règle, non l’exception, un monde multinational et urbain de l’éphémère institutionnalisé – où des vêtements américains fabriqués en Corée, sont portés par les jeunes en Russie, où les “racines” de chacun sont en quelque sorte coupés -, dans un monde, il devient de plus en plus difficile de rattacher l’identité et la signification humaine à une “culture” ou un langage “cohérent”.

James Clifford, Malaise dans la culture.


Le monde contemporain témoigne du déracinement des anciennes matrices de sens. Fin des grands récits (marxisme, socialisme, etc.), éparpillement des références de la vie quotidienne, fragmentation des valeurs. Dans ce contexte de désorientation du sens, l’individu trace lui-même ses limites pour le meilleur ou pour le pire, il érige de manière mouvante et délibérée ses propres frontières d’identité, la trame de sens qui oriente son chemin et lui permet de se reconnaître comme sujet. Certes, la souveraineté personnelle est limitée, bornée par les pesanteurs sociologiques, l’ambiance du temps, la condition sociale et culturelle, l’histoire propre, mais l’individu a l’impression, lui, de se mettre au monde, de décider de sa condition.

Nous ne sommes plus des héritiers. Les ruptures sociales, générationnelles ou culturelles rendent le monde plus confus, plus incertain. Chaque acteur est aujourd’hui amené à une production de sa propre identité à travers un bricolage dont la mondialisation culturelle, c’est-à-dire la transformation en signes, en esthétique, de la culture des autres, multiplie les matériaux possibles. Nous sommes désormais les artisans de nos existences, avec une marge de manœuvre plus ou moins étendue. En d’autres termes, l’individualisme élargit son emprise. Il ne s’agit pas là d’égoïsme, au sens moral du terme, mais d’un individualisme, au sens sociologique qui libère l’individu de son allégeance morale au social. Non que l’individu s’en affranchisse totalement, il en reste tributaire à maints égards, mais sa marge de création s’amplifie d’autant plus que la culture ambiante est sans épaisseur réelle et fonctionne à la manière d’un vaste supermarché de biens matériels et symboliques…”.

David Le Breton, La fabrique d’identité.


Peut-être l’immobilité des choses autour de nous leur est-elle imposée par notre certitude que ce sont elles et non pas d’autres, par l’immobilité de notre pensée en face d’elles.”

Marcel Proust


L’identité a été et reste encore une erreur nécessaire.

Gayatri Spivak


J’avais tout prévu, je voulais changer ce que j’étais au fond de moi, me créer une nouvelle identité, une nouvelle vie, un nouveau moi débarrassé de ce passé, de cette douleur, devenir quelqu’un de vivant. Mais ce n’est pas facile, les veilles blessures peuvent se rouvrir, se rappeler à toi. Et je ne peux pas y échapper, malgré tout mes efforts. Tout ce qu’on peut faire, c’est s’attendre au meilleur et s’il arrive accepter de le recevoir, on en a tellement besoin, j’en ai tellement besoin.

Vampire Diaries, Personnage inconnu


Le moi de l’homme n’est pas réductible à son identité vécue.

Jacques Lacan


Et vous, quelle est votre identité dans le BDSM ou dans les cordes ?

C’est bien trop facile, au féminin comme au masculin, de dire que je suis Top, Dominant, Maître, bottom, soumis, esclave, switch, encordeur, encordée…

Envoi
User Review
5 (5 votes)
Partager cet article

4 commentaires sur « Quelle est votre identité dans le monde BDSM ou des cordes ? »

  • Il est vrai que l’on se construit de notre passé, notre présent, notre avenir… Pour le moment une chose reste toujours présente ce besoin de soumission à une seule et unique personne… Cette notion dans mon passé était de la soumission à tous mes amis pour moi une façon d’exister en rendant service aux autres une façon de vivre aujourd’hui je dirais survivre…
    La possibilité de concentrer ma soumission sur le seul, l’unique m’a permis de me renforcer dans ma vie de tous les jours de devenir plus forte de ne plus accepter tout et n’importe quoi… Elle a aussi un côté parfois négatif car dans la vie professionnelle je dirais parfois que je pourrais avoir un côté domina mais travaillant avec mon Maître je dois apprendre à gérer ce côté là car il ne fait pas bon ménage ni pour lui, ni pour moi, ni pour nous…
    Je dois voir cela comme une organisation et non comme une action sur notre relation D/s et prendre du recul… J’ai la chance de pouvoir travailler avec lui à moi de faire le chemin de trouver les composantes nécessaires pour que cela puisse se passer au mieux…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
07f7cdcc40
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
find_posts
9990d913b8
disclaimer
1246
1
Accepter
Refuser
http://google.fr
1

ATTENTION : Site interdit au moins de 18 ans !!!

Cliquez sur “Accepter” si vous êtes majeur, sinon cliquez sur “Refuser” …

Partager cet article

Accepter Refuser